ATHLÈTE INSPIRANT ALL TIDES DU MOIS D’AOÛT 2023

Guillaume Lord : 20 ans, athlète, agriculteur et étudiant

Dans l’eau, il mise sur son endurance et sa vitesse pour rêver aux Jeux olympiques. En agronomie, il se distingue par sa rigueur, son acharnement et l’excellence de ses produits. Et, sur les bancs d’école, il excelle et s’assure d’avoir tous les outils nécessaires pour un jour devenir un entrepreneur accompli.

Voici trois des nombreuses raisons pour lesquelles Guillaume Lord est notre athlète inspirant All Tides du mois d’août 2023 !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’athlète du Club de natation Mustang Boucherville ne manque jamais une chance de se démarquer. Spécialiste en eau libre ainsi que dans les distances de fond et demi-fond en style libre à la piscine, Lord a pris part aux Championnats canadiens dans ces deux disciplines au cours de la dernière année.

Qui plus est, il a réussi ce tour de force tout en s’occupant de son entreprise, Ferme le Quatuor, et en poursuivant des études en Gestion et technologies d’entreprise agricole à l’Institut de technologie agroalimentaire du Québec, campus de Saint-Hyacinthe (ITAQ).

« C’est sûr que mes journées sont assez chargées ! » s’exclame le nageur de 20 ans en riant lorsqu’on le questionne sur sa gestion des priorités dans son horaire.

En réalité, Lord confirme que rien n’est laissé pour compte et que tout est prévu pour qu’il puisse s’entraîner et poursuivre son plus grand rêve d’un jour nager aux Jeux olympiques.

Les derniers mois ont d’ailleurs été fastes pour le Québécois.

À la piscine, il a raflé deux médailles de bronze en style libre aux Essais canadiens de même qu’un top-10 à la Coupe du monde de Toronto, le tout, en améliorant ses résultats personnels. Puis, en eau libre, il a participé à de multiples compétitions aux niveaux national et international, en plus de parfaire sa technique lors de divers camps préparatoires.

Difficile, donc, de trouver sa véritable spécialité, mais il avoue avoir un penchant pour la seconde option. « Mes chances sont meilleures en eau libre, surtout pour Paris 2024 », explique celui qui s’est récemment classé quatrième du Canadian Open water festival présenté les 12 et 13 août à Welland, en Ontario.

« C’était une grosse course et j’ai pris beaucoup de risques, résume-t-il. J’espérais un meilleur classement, mais je ne regrette pas mes prises de décision durant la course. Ce sera plus difficile de me qualifier pour Paris en eau libre, mais je continue de foncer, ce n’est pas fini. »

Il n’y a d’ailleurs pas que dans le sport où il veut pousser encore plus loin…

Jeune entrepreneur et étudiant

En plus des nombreuses heures consacrées à son sport, Guillaume Lord poursuit ses études à raison d’une quinzaine d’heures par semaine dans le but de faire croître son entreprise, Ferme le Quatuor, spécialisée dans l’agriculture maraîchère.

« J’ai un associé que j’ai connu dans le monde de la natation qui gère surtout la culture d’ail. J’aide dans cette partie, tout en m’occupant à temps plein des poules pondeuses. Pour l’instant, on loue des terres, mais le but ultime serait de grossir pour en acheter et vivre exclusivement de tout ça », confie Lord.

S’il mentionne qu’il a toujours eu la fibre entrepreneuriale et le désir de se lancer en affaires en agronomie comme son grand-père l’avait fait il y a plus de 40 ans, le jeune homme a vu une chance en or de tenter le coup pendant la pandémie.

« Ça m’intéressait pas mal à la base et j’avais déjà fait un petit projet de kiosques agricoles avec la ville de Boucherville. Quand j’ai vu que je ne pourrais pas nager et que tout était pas mal arrêté, je me suis lancé dans ça à temps plein. J’ai eu la piqûre tout de suite », décrit-il.

Certes, ce n’est pas la passion ni la détermination qui manque à Guillaume Lord, qui souhaite continuer de prouver jour après jour qu’il est possible de se développer sur plusieurs plans à la fois, tout en rêvant aux Jeux olympiques.

« En 2021, je ne savais pas si je pourrais continuer à tout faire en même temps, mais j’ai été capable ! Mon objectif principal demeure d’aller le plus loin possible dans le sport, donc à Paris en 2024 ou peut-être à Los Angeles en 2028. Par contre, je sais que si ça ne fonctionne pas, j’aurai fait tout en mon possible et je pourrai m’investir encore plus dans mes autres projets », conclut-il.

PERSONNALITÉ INSPIRANTE ALL TIDES DU MOIS D’AOÛT 2023

Un modèle fort pour les jeunes athlètes issu(e)s de la communauté noire

Gianna Mensah n’a peut-être que 17 ans, mais elle a déjà des ambitions qui dépassent le cadre sportif. Dans les derniers mois, Gianna a fait la rencontre de Phoenix, une jeune nageuse de 7 ans qui souhaite un jour participer aux Jeux olympiques. Sans se poser de question, Gianna l’a prise sous son aile afin de la propulser vers ses rêves les plus fous.

Grâce à sa grande générosité, il allait de soi de nommer Gianna Mensah personnalité inspirante All Tides du mois d’août 2023.

Gianna et Phoenix ont eu la chance de faire connaissance grâce au projet Black Calendar de l’ACPI (Afro Canadian Philanthropic Initiative) qui vise à inspirer les jeunes athlètes issu(e)s de la communauté noire pour qu’ils et elles atteignent leurs plus grands objectifs.

« C’est Véronique Mc Crae (coordonnatrice aux programmes de performance) qui m’a présenté Phoenix. Elle vient tout juste de commencer à nager et elle rêve déjà aux Jeux olympiques. On a fait une petite séance de questions et réponses avec elle et ensuite, je suis allée la voir nager », a raconté Gianna Mensah.

Gianna a également pu donner quelques conseils à Phoenix, en plus de lui parler de sa propre carrière en natation. Une expérience tout aussi enrichissante pour l’athlète de 17 ans qui a pu revivre en quelque sorte ses débuts dans le sport à travers les yeux de Phoenix.

« C’est un immense honneur pour moi de pouvoir côtoyer une jeune athlète comme Phoenix. Quand j’avais son âge, je n’avais pas vraiment de modèle dans le monde de la natation sur qui m’appuyer. Je me suis mise dans ses souliers et j’espère lui avoir transmis le plus d’espoir possible pour son futur. »

« Je me plais bien dans ce rôle de mentore ou de modèle pour les jeunes athlètes. Je pense que le sport est une plateforme qui nous permet de jouer un rôle important pour les futures générations. C’est important de les encourager à poursuivre leur cheminement scolaire ou de prendre soin de leur santé par exemple », a ajouté Gianna, en mentionnant que Phoenix lui téléphone encore occasionnellement pour lui parler de son développement.

Une famille de nageur(e)s

Ce n’est pas par hasard que Gianna Mensah s’est retrouvée dans le monde de la natation. La plupart des membres de sa famille rapprochée font également partie du Club CAMO où elle nage actuellement. Ce sont ses grands-parents qui l’ont initiée au sport qu’elle adore maintenant plus que tout.

« J’ai commencé à nager à l’âge de 6 ans et mon but était déjà d’être parmi les meilleures du Québec. Avec le temps, les objectifs ont évidemment changé et présentement, je tente de me concentrer sur ce que je peux contrôler. Je veux améliorer mes mouvements et améliorer mes chronos. En faisant ça, je suis persuadée que je vais gravir les échelons », a-t-elle expliqué.

La spécialiste du 100 m brasse a d’ailleurs participé aux Jeux du Canada, à Niagara, en août 2022. Une expérience inoubliable pour elle.

« Dès que j’ai appris l’existence des Jeux du Canada plus tôt dans mon enfance, j’ai voulu y participer. C’est un événement tellement excitant, j’ai pu connaître plusieurs nageuses de partout au pays et apprendre de nouvelles techniques et de nouveaux entraînements. C’est tellement motivant », a avoué celle qui a pris le huitième rang de la finale du 100 m papillon à Niagara.

Ralentie par des ennuis de santé au cours de la dernière année, Gianna Mensah assure qu’elle reviendra en force dans la piscine la saison prochaine. Elle ajoute également que des rencontres comme celle de Phoenix lui prouvent qu’elle est toujours aussi passionnée par la natation.

« Je n’ai pas pu atteindre tous les objectifs que je m’étais fixés dans la dernière année, j’ai dû prendre du repos et prendre soin de moi dans les derniers mois. Il faut que je continue d’être prudente, mais j’adore ce sport plus que tout et je vais m’entraîner le plus possible pour revenir au sommet de ma forme », a-t-elle conclu.

Lancement des programmes haute performance 2023-2024

lancement des programmes de haute performance 2023-2024

La saison 2023-2024 commence tranquillement partout au Québec. Cette saison sera marquée par les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en juillet et août 2024.

La Fédération de natation du Québec mettra en place cette saison plusieurs événements et initiatives qui permettront à nos athlètes de se préparer de la meilleure façon pour les Essais Olympiques en mai 2024. Nous mettrons également en place les premières initiatives pour préparer les athlètes qui pourraient faire partie de l’Équipe du Québec aux Jeux du Canada 2025.

Le programme en route vers l’excellence 2023-2024 sera mis en ligne dans quelques semaines, celui-ci présentera les critères d’identification Élite, Relève et Espoir pour la prochaine saison. Il y aura également tous les critères et informations concernant les Équipes du Québec et stages proposés pour la saison à venir.

Dans l’optique de permettre à tous les clubs, athlètes et entraineur(e)s de planifier l’automne, voici les détails de quelques initiatives qui prendront place d’ici Noël.

Camp prospect – Jeux du Canada 2025

10 et 11 novembre 2023. Montréal, Québec.

La FNQ organise le tout premier camp de préparation aux Jeux du Canada 2025 cet automne.

Dans les derniers jours, 66 athlètes qui seront éligibles à une sélection pour l’Équipe du Québec en 2025, soit 33 filles (année de naissance 2009 et plus) et 33 garçons (année de naissance 2008 et plus), ont reçu une invitation pour ce camp. Entrainements de groupe et conférences seront offerts au groupe d’athlètes pour commencer à se connaitre et permettre aux entraineur(e)s et à la FNQ de les observer dans un contexte d’entrainement.

La liste complète des athlètes participant(e)s ainsi que les critères de sélection à ce camp seront publiés prochainement.

Une 2e occasion de se regrouper sera offerte à une partie de ces athlètes à la fin de la saison. Restez à l’affut des détails annoncés dans le Programme en route vers l’excellence cet automne !

 

Équipe du Québec – US Open

29 novembre au 3 décembre 2023. Greensboro, Caroline du Nord, USA.

Une équipe du Québec sénior se rendra à Greensboro pour prendre part aux prestigieux US Open. Les athlètes sélectionné(e)s pour cet événement ont été contacté(e)s dans les derniers jours. La liste officielle de l’Équipe et les critères de sélection seront publiés prochainement.

 

Équipe du Québec paranatation – Ken Demchuk

29 novembre au 4 décembre 2023. Surrey, Colombie-Britannique.

Pour une 2e année consécutive, une Équipe du Québec de paranatation se rendra du côté de l’Invitation Internationale Ken Demchuk. Chaque paranageur(euse) éligible à participer à la compétition sera sélectionné(e) jusqu’à un maximum de 16 athlètes. Une communication sera envoyée à tou(te)s les athlètes concerné(e)s dans les prochaines semaines.

 

Ontario Junior International 2023

14 au 17 décembre 2023. Toronto, Ontario.

La FNQ a pris la décision de ne pas organiser d’Équipe du Québec officielle pour l’édition 2023 de OJI. Toutefois, nous mettons en place plusieurs initiatives entourant cette compétition importante dans le calendrier de nos athlètes juniors.

Services de massothérapie pour les athlètes québécois(es) présent(e)s à cette compétition

1 ou 2 massothérapeute(s) seront embauché(e)s par la FNQ pour offrir des services pendant toute la durée de la compétition. Le processus de prise de rendez-vous sera communiqué quelques semaines avant la compétition.

Primes de performance pour les médaillé(e)s

Les détails entourant ce support seront annoncés dans le Programme en route vers l’excellence 2023-2024.

Soutien à la participation

Ce programme se veut une aide aux clubs qui voudraient faire participer un(e) ou quelques athlètes au Ontario Junior International 2023 mais qui n’auraient pas la capacité d’y envoyer un(e) entraineur(e) pour superviser ses athlètes.

Offre de service

  • Prise en charge des athlètes par un(e) entraineur(e) provincial(e)
  • Hébergement en groupe
  • Transport en train entre Montréal et Toronto
  • Transport sur place

Modalité de fonctionnement

  • Les clubs intéressés par cette offre de service doivent en faire la demande par courriel à [email protected] avant le 1er octobre 2023.
  • La FNQ s’occupera d’organiser la logistique du transport et de l’hébergement pour tou(te)s les athlètes et entraineur(e) faisant partie de l’initiative.
  • L’athlète représentera son club à la compétition et son club devra faire son inscription.

Coûts

  • La présence de l’entraineur(e) sera assumée par la FNQ.
  • Les frais d’hébergement et de transport seront divisés également et chargés à chaque athlète.

Résumé des Championnats du monde des maitres

Résumé des championnats du monde des maitres

Les Championnats du monde des maitres se sont terminés le 11 août dernier et c’est plus d’une vingtaine de nageurs et de nageuses québécois(es) qui ont représenté l’unifolié à Fukuoka, au Japon.

Encore une fois, la Fédération de natation du Québec a innové en formant une équipe d’athlètes accompagnée de Marie Bergeron comme entraineure.

Au total, ce sont quatre records des Championnats du monde qui ont été établis par les Québécois(es), sans compter les nombreux records personnels qui ont également été battus. De plus, sept médailles ont été récoltées par l’équipe des maitres, dont cinq d’or, une d’argent et une de bronze.

Au-delà de ces résultats, une nouvelle communauté d’athlètes s’est formée lors de ces Championnats du monde. Des liens se sont tissés et pour plusieurs d’entre eux et elles, ce fut une expérience de vie inoubliable qui restera gravée dans leur mémoire à jamais.

Le projet novateur de la FNQ s’est avéré un franc succès et les efforts quotidiens de nos maitres sont désormais reconnus ici, en plus d’avoir été récompensés à l’international.

Nous espérons qu’une telle expérience inspirera les nageurs et nageuses adultes à se fixer des objectifs personnels et à découvrir les compétitions nationales et internationales.

Bravo !

Tess Routliffe rafle tout sur son passage à Manchester !

Tess Routliffe rafle tout sur son passage à Manchester !

Photo : Natation Canada / Ian Macnicol 

Les Championnats du monde de paranatation de Manchester, au Royaume-Uni, se sont terminés le 6 août dernier et plusieurs Québécois(es) ont été couvert(e)s de médailles.

Les Québécoises Aurélie Rivard et Tess Routliffe ont toutes les deux entamé leurs mondiaux en s’emparant d’une médaille d’or. La première a défendu son titre du 50 m libre S10 avec brio, alors que la seconde a été couronnée championne du monde du 200 m quatre nages de la classe SM7. Routliffe a été la première du duo à monter sur la plus haute marche du podium avec un chrono de 2 min 57,77 s, un record canadien.

« [Tout ce que j’avais en tête], c’est toucher le mur ! Je ne voyais pas qui était autour de moi et où j’étais, mais je savais qu’il y avait des nageuses près de moi », a raconté la médaillée d’or.

Deux jours après sa victoire au 200 m quatre nages SM7, Routliffe a répété son exploit en défendant son titre au 100 m brasse SB7, suivie de sa compatriote et bonne amie Abi Tripp, médaillée d’argent.

Routliffe a ensuite ajouté une troisième médaille à sa fiche en s’emparant de la médaille d’argent au 50 m papillon S7.

Après avoir dû se retirer de la finale du 400 m libre S10 pour des raisons personnelles, Aurélie Rivard est revenue en force et a défendu son titre de championne du monde au 100 m style libre S10 en remportant la médaille d’or grâce à son chrono de 59,97 secondes lors de la course ultime, elle qui avait

amorcé sa journée en force en dominant les qualifications de l’épreuve avec un temps de 59,88 secondes pour aisément obtenir son laissez-passer pour la finale.

Finalement, Tess Routliffe, déjà triple médaillée à ces Championnats du monde de paranatation, a profité de la dernière journée d’activité pour ajouter une quatrième médaille à sa récolte en terminant au troisième rang du 100 m style libre S7.

La Québécoise Sabrina Duchesne a de son côté pris le cinquième rang de cette finale. Quelques jours plus tôt, Duchesne avait décroché la toute première médaille de sa carrière à des Championnats du monde, soit celle de bronze au 400 m libre S7.

Nicolas-Guy Turbide repart lui aussi de Manchester avec une médaille autour du cou grâce à une troisième place au 50 m style libre S13 au terme d’une course âprement disputée. Turbide n’était qu’à 0,41 seconde de la médaille d’or.

Pour conclure les mondiaux, Tess Routliffe, Philippe Vachon, Zach Zona et Aurélie Rivard ont fait équipe pour prendre part au relais 4 x 100 m mixte en style libre (34 points). Le quatuor canadien n’a pas été en mesure de se frayer un chemin jusqu’au podium, terminant en septième place.

« C’était une grosse semaine à Manchester, mais nous pouvons être fiers de nos performances. Les relais ont été très bons. Nager comme ça avec des coéquipiers, mais surtout des amis, c’est la meilleure façon de conclure les Championnats du monde », a mentionné Aurélie Rivard.

En effet, nos Québécois(e)s ont de quoi être très fier(ère)s de leurs performances individuelles et collectives lors de ces Championnats du monde de paranatation de Manchester. La fédération tient d’ailleurs à les féliciter pour leurs performances respectives.

Deux championnes mondiales et un record des Championnats du monde

Deux championnes mondiales et un record des Championnats du monde

Les Championnats du monde des maitres de Fukuoka tirent à leur fin et pas moins de 21 maitres québécois(es) y ont participé. Parmi ces athlètes, plusieurs se sont démarqués grâce à d’incroyables performances.

Il y a d’abord Madeleine Sévigny Lanthier, du Club de Natation Mont-Tremblant, qui a non seulement été couronnée championne du monde dans la catégorie femmes 80-84 ans au 100 m style libre, mais qui a également établi un nouveau record des Championnats du monde en parcourant la distance en 1 min 27,82 s. Elle a d’ailleurs terminé avec une épatante longueur d’avance sur la compétitrice suivante.

Il y a aussi Denyse Sénéchal, du club Swim Ontario Masters, qui a été couronnée championne du monde dans la catégorie femmes 60-64 ans au 200 m dos avec un impressionnant temps de 2 min 54,82 s.

Avec ces performances, nous pouvons affirmer sans le moindre doute que les maitres québécois(es) ont fait rayonner l’équipe canadienne à Fukuoka, au Japon !